Communication bienveillante, Parentalité positive et éducation bienveillante

Permissif? Non! Férocement non-violent!

MBRpar Mitsiko Miller

Hier soir, j’ai participé à une discussion ouverte sur l’action sociale et la parentalité offerte par une université montréalaise.
Une femme a fortement réagi à mes propos lorsque je parlais de l’importance de créer un milieu où la paix est intégrée au quotidien: «Mais on doit défendre des droits et, non parler de paix! Et mon enfant, à moi, je la confronte!!»


Ce à quoi j’ai rétorqué: «Pensez-vous que la non-violence est mielleuse? Il n’y a rien de plus FÉROCE que la non-violence (et également respectueuse…).»

Elle m’a regardé avec étonnement.

Tant de gens ont la croyance que la NV est douce et passive. Tant de gens la confondent avec « sacrifice de soi ». Tant de gens pensent que la NV, c’est éviter d’intervenir et de confronter.
:S

Tant de gens imaginent que la NV, c’est écouter les désirs de nos enfants, les laisser faire tout ce qu’ils veulent, accepter de sacrifier nos besoins de paix, de respect et de joie pour que nos enfants se sentent libres et heureux (et pas nous…).

Ben non.

Ça, ce n’est pas, selon moi, de la non-violence.

J’appelle cela de la permissivité.

Tout le monde est perdant, dans ce cas.
Car nous accumulons de la colère, de la frustration et du ressentiment à s’oublier, soi. Et nos enfants vont payer pour, car en s’oubliant, nous ne faisons que garder la frustration et le ressentiment à l’intérieur…. Et elle sortira tôt ou tard, lorsque nous ouvrirons enfin les valves après nous être « retenus » pendant trop longtemps: en colère, en crise, en bouderie, en ressentiment, en désespoir, en hurlements ET avec une intensité qui nous paraitra si étrange et si déplacée – dans des moments anodins. Souvent, avec une violence que nous regrettons profondément…

La non-violence, c’est l’habitude de voir l’humanité chez tous et apprendre à parler ouvertement de ce qui marche et de ce qui ne marche pas, en considérant les besoins de tous – incluant les nôtres: ce que nous appelons, le POUVOIR AVEC. C’est informer nos enfants de l’impact de leur comportement dans le but de s’épanouir et trouver, ensemble, des solutions plus bienveillantes, et non de punir et de faire la morale.
Tout le monde y gagne.
Lorsque nous tenons compte des besoins respectifs (et non des désirs…) de tous, nous cherchons des solutions qui marchent pour nous ET pour l’autre.
Sans compromis.

Il n’y a rien de mielleux à apposer l’opinion de quelqu’un et à tenir compte de ses besoins – dans l’amour de soi ET de l’autre.
Il n’y a rien de mielleux à dire NON  pour dire OUI à autres choses- avec amour et respect pour soi ET pour l’autre.

Exemple avec un jeune adolescent

-Je te déteste, t’es la pire mère du monde!!!!!!!
-Tu te sens en colère parce que nous ne te permettons pas d’aller au centre d’achat, tout de suite ?
-Tous mes amis ont le droit sauf moi!!! Mais avec toi, c’est toujours NON, madame Hitler!!!
-Oui, tu aimerais avoir plus de liberté? (besoin : liberté)
-C’est le goulag ici!
-Tu as l’impression que tu n’as pas assez de choix? (besoin : choix)
(relâchement)
-Ouais.
-Ceci me tient à cœur. Tu veux bien qu’on explore d’autres possibilités ensemble? Je voudrais aussi que nous parlions de manières pour toi d’exprimer ta colère avec respect.
-Gmpffffff. Ok. Désolé.

P.S. 1 On m’a demandé: « N’est-ce pas utopique, comme dialogue? Voire, impossible? » Effectivement, c’est fort peu probable que votre enfant soit aussi coopératif s’il n’a pas beaucoup vécu l’expérience d’être entendu et considéré. Surtout s’il n’a pas confiance que vous considérerez VRAIMENT ses besoins. Lorsque le lien et la confiance sont forts, ce dialogue n’a rien d’utopique. :)

P.S. 2 Pour répondre à une question concernant la CNV… Selon moi, ce n’est pas un langage, mais une qualité de présence. Vous pourrez utiliser tout le langage CNV que vous voudrez… Tant que la présence et la bienveillance ne seront pas au RDV, ça sonnera faux. Surtout pour des enfants qui sentent le « clinquant » à des km à la ronde ;)

Au sujet de la réactivité des enfants et du respect
Je rajoute un point essentiel ici, suite à la lecture d’un commentaire de lecteur.

Les neurosciences nous éclairent de plus en plus sur le développement du cerveau: les enfants expriment des émotions intenses par biologie, et non par volonté. Leur cerveau est en croissance jusqu’à 25 ans. Les moments les plus intenses sont entre 0 à 5 ans ET à l’adolescence. Nos enfants ont besoin d’un accompagnement pour intégrer l’autogestion qui, selon moi, se fait à petits pas, au rythme de leur développement physiologique. Cette autogestion commence par l’exemple que NOUS donnons. :)

Oui, certains enfants s’expriment plus calmement, très jeunes. La plupart ont besoin de bien plus de soutien lorsqu’ils sont petits, pour y arriver. Et plus ils grandissent, plus ils sont en mesure de s’autoréguler – lorsqu’ils ont des parents pour les guider.

C’est pour cela que je prône l’accompagnement émotionnel, qui, au lieu de juger les comportements des enfants, leur offrent de la perspective et de l’aide pour devenir de plus en plus conscients de l’impact de leurs gestes sur les autres, sur leur environnement et pour s’épanouir dans le respect de tous.

Cela se fait en utilisant de la prévention, des retours sur situation, de l’introspection, des exercices d’intelligence émotionnelle, des ententes familiales, de la résolution de problèmes et des conseils de coopération.

© Mitsiko Miller, 2014. Toute œuvre originale jouit de la protection d’un droit d’auteur. Veuillez me demander la permission avant de reproduire une partie ou la totalité de cet article.

Mitsiko Miller est coach et mère parfaitement imparfaite de deux maîtres zen. Avec Projet famille en harmonie, elle accompagne adultes et enfants pour vivre leur harmonie. Suivez son blogue.

Communication bienveillante, Parentalité positive et éducation bienveillante

Empathie, bonheur et compassion en classe

« Quand on écoute VRAIMENT, les gens vivent dans notre cœur pour toujours, nous dit Toshiro Kanamori.

************

(Traduction libre du synopsis de Free Documentary Films)

Dans le documentaire primé CHILDREN FULL OF LIFE, se dévoila l’œuvre de M. Kanamori, enseignant d’une classe de 4e année (8e pour le système français), qui enseigne à ses élèves comment vivre ensemble:  les cours touchent le curriculum, mais aussi le travail d’équipe, la communauté, l’importance de de l’empathie, l’expression de sa vulnérabilité et la gestion de conflits.

Il demande à chacun de rédiger un carnet de bord où leurs véritables sentiments sont exprimés quotidiennement. En partageant leur vécu, les enfants réalisent l’importance de prendre soin l’un de l’autre.

M. Kanamori est un exemple étonnant de ce que tous les enseignants à travers le monde devrait être. Il comprend vraiment ce que l’enseignement des enfants est tout au sujet et a certainement fait une différence positive dans la vie de ces jeunes de 10 ans.

*************

Je rêve d’un monde où les professeur ont à coeur le bonheur de mes enfants. Monsieur Kanamori, je vous offre mon plus grand respect et ma plus grande gratitude.

En attendant, mes enfants ont accès à cette richesse à la maison.

Mitsiko Miller, coach certifiée
Mitsiko aide enfants, adultes et couple à bâtir des ponts l’un vers l’autre pour vivre leur harmonie.
Ateliers à Montréal ♥ Coaching relationnel et parental ♥ Son blogue