Intimidation: partager pour guérir

par Mitsiko Miller

Dalai Lama
Hier, j’ai invité un de nos voisins, vivant de la violence et de l’intimidation dans sa cours d’école, à partager avec les miens. L’enfant, qui se sentait isolé et seul à vivre ses défis, a soudainement ouvert son cœur lorsque j’ai facilité un cercle de paroles avec mes enfants. Les miens, habitués à parler de leur vécu, lui ont permis de se montrer vulnérable sans crainte, parce qu’il vivait une réalité partagée par d’autres. Sa joie d’être vu et reconnu était palpable. Ses yeux brillaient et un sourire se traçait enfin sur son visage soulagé et détendu.

En peu de temps, ce garçon riait lorsqu’ils exploraient tous des solutions (parfois farfelues) pour se protéger et gérer les situations efficacement. Il est parti avec trois ou quatre idées que mon plus vieux applique déjà depuis un moment. Et surtout, tous avaient le cœur léger, guéri, plein de résilience et une confiance d’être soutenus.

Je travaille très fort à développer des stratégies pour permettre aux écoles et à tout collectif de vivre plus de paix et d’harmonie ensemble: la violence est un problème de communauté qui ne se limite pas aux écoles: il y en a partout!

C’est pourquoi, j’estime qu’il est essentiel d’entendre nos enfants, d’accueillir leurs douleurs et craintes – sans leur confier les nôtres, en plus – de les aider à se soulager, à guérir pour qu’ils puissent enfin trouver des solutions, se protéger cœur, corps et âme et, surtout, de nous laisser les aider lorsque les situations demandent que nous, adultes, intervenions (ce qui est souvent le cas).

Quelques suggestions pour soutenir votre enfant

Si votre enfant vit de la violence à l’école, ma recommandation est de travailler à plusieurs niveaux: votre coeur en premier, le coeur de votre enfant, parlez-en autour de vous, regroupez-vous pour agir de manière constructive ensemble, rencontrez les professeurs, intervenants et directeur avec une approche constructive plutôt qu’avec du blâme et des reproches.

Soyez très persistant et férocement non-violent: dans mon expérience, ce sujet stimule énormément de peur et d’inconfort chez tous et fait surtout émerger les défenses et le jugement (ce n’est pas si pire/c’est terriblement grave, bon enfant/enfant méchant, persécuteur/victime, enfant trop sensible/enfant trop violent, parent trop poupoule/parent trop laxiste) chez les enseignants, les autres parents et la direction. Soyez constructif et parlez plutôt de solutions pour permettre aux enfants de vivre en sécurité, d’exprimer leur colère ou tristesse avec plus de respect et de considération, d’apprendre à jouer dans le respect des autres et de leur corps. Soyez rassembleur, convaincu et ne perdez pas espoir: votre enfant compte sur vous. :)

Pour bien des parents, il est terriblement inquiétant d’imaginer qu’une telle violence existe parmi les enfants. Pourtant, ce sujet si essentiel semble être la patate chaude que personne ne sait gérer efficacement. J’ai à coeur l’épanouissement de TOUS les enfants et je refuse de rester impuissante face à ce Goliath de défi. Parlons-en! Nous ne pouvons éviter à nos enfants de vivre de la violence dans ce monde. Cela dit, nous pouvons les rendre si forts et si confiants (avec notre soutien) qu’ils en ressortiront sans dégâts, forts, confiants, résilients, grandis, transformés et en plein pouvoir- peut-être même instigateurs de changements profonds dans notre société. Parlons-en! Parlons-en!

© Mitsiko Miller, 2014. Toute œuvre originale jouit de la protection d’un droit d’auteur. Veuillez me demander la permission avant de reproduire une partie ou la totalité de cet article.

Mitsiko Miller est coach et mère parfaitement imparfaite de deux maîtres zen. Avec Projet famille en harmonie, elle accompagne adultes et enfants à vivre leur harmonie. Suivez son blogue.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s