La naissance de mon intuition parentale

Intuition2par Mitsiko Miller, cpc

Avant que mon premier fils n’ait vu le jour, j’étais convaincue qu’un enfant ne changerait rien dans ma vie d’adulte.

:)

Intuition, ça mange quoi en hiver, ça???
J’avais le mot « indépendance » pendue aux lèvres : pour commencer, je croyais que tout irait de soi. Que mon accouchement serait facile, rapide et évidemment sans douleur. Je roulais les yeux au ciel lorsqu’on me parlait de « messages que mon corps m’envoie »: pour moi, c’était des histoires pour les zinzins et c’était bien trop « ésotérique » pour la femme logique et rationnelle que j’étais.

Ah… Et je me disais que mon fils prendrait le sein naturellement. Qu’il prendrait son boire à toutes les trois heures. Peut-être aux cinq heures, si j’étais « chanceuse ». Qu’il ferait ses nuits après un mois. Qu’il dormirait « comme un bébé » dans sa belle petite chambre à lui.  Et que je retournerais travailler comme si de rien n’était et que le monde serait merveilleux ainsi.

J’ai eu raison sur un point, en ce qui me concerne : c’est magique, donner naissance. Pour le reste, je me suis allègrement trompée. La Nature s’est chargée de me sortir de cette torpeur naïve assez rapidement. Les hormones ont joué leur rôle et mon fils s’est affirmé haut et fort : « Whoa, maman!!!! Arrête de divaguer avec tes idéaux et donne-moi du lait et de la chaleur humaine maintenant! »

L’illusion et le syndrome de la super woman
J’étais maman « naissante », sans expérience, sans références et totalement insécure : j’étais souvent dépassée par les événements. Tant de choses à apprendre en si peu de temps! Et attention! La super woman en moi voulait tout bien faire par-fai-te-ment en un quart de tour et être la meilleure maman du monde. Rien de moins. Après super woman, voici super maman! Parfaite, par-dessus le marché!

Je ne savais pas comment changer une couche, je ne savais pas comment tenir ce magnifique bébé, mais je savais qu’il se calmait au sein. C’était déjà un bon départ. Et curieusement, lorsque je le mettais au sein, j’étais calme.

Et puisqu’il était plutôt gourmand, nous avons passé de nombreux moments à apprendre à se connaître et à s’aimer… à en oublier toutes mes petites craintes, à en oublier mon perfectionnisme. À en oublier mon grand désir d’acceptation auprès des autres, le grand souhait d’approbation que je cherchais de ma belle-mère, de l’infirmière, du médecin de famille, de tout le monde. Était-ce vraiment si important pour moi? Ah, c’est sûr que j’aime être appréciée! Mais c’était bien plus important d’écouter mon cœur, mon intuition et d’avoir le soutien dont j’avais besoin. Alors, j’ai créé mon village en cherchant des mamans qui partageaient les mêmes valeurs que moi.

Changer de script: passer d’indépendance à interdépendance
Et plus je bâtissais mon « village », plus j’intégrais l’importance de la relation et le sens de «l’interdépendance » avec mon enfant, avec mon chéri, avec ma famille et avec ma communauté. Et plus je passais du temps avec mon bébé, plus je devenais sereine et confiante. Plus j’apprenais à le connaître. À me connaître. Et plus j’allaitais ce bel enfant, plus il me nourrissait de patience et d’amour. Quel bel échange. :)

La petite voix intérieure
Est-ce le travail de mère Nature et le développement naturel de mon intuition parentale? Oui, oui. Est-ce le fruit de ma volonté consciente de vivre dans un monde où les enfants sont considérés avec respect et empathie? Ah, oui! Était-ce la petite voix de mes « hormones d’amour » qui a initialement guidé le chemin? Oui. Toutes ses réponses. Et cette petite voix intérieure a un timbre qui porte. Il semble si logique et si simple de lui donner raison. C’est la voix du cœur qui s’aligne avec nos idées et nous porte à agir en toute intégrité.

Le bébé pleure? C’est sa seule façon de communiquer. Voyons qu’est-ce qu’il veut me dire?

Il a faim dans la nuit? Alors qu’il soit nourri, c’est un être en pleine croissance. Il fera ses nuits quand il sera prêt.

Il est fatigué? Qu’il se colle contre moi.

Il ne veut pas être seul? Qu’il se love contre moi.

Il veut être stimulé? Qu’on se jase un peu. Qu’on se fasse des bisous.

Et moi? Suis-je heureuse dans cette relation?

Oui? Cool…

Non? Alors que puis-je faire pour considérer mes besoins ET ceux de mon bébé, en même temps?

Si ces hormones m’ont éclairée le chemin au départ, elles m’ont aussi permis d’acquérir suffisamment de confiance en moi pour laisser fleurir l’amour et l’écoute intuitive qui sont encore et toujours à la base de ma relation avec mes enfants.

Mitsiko Miller est coach et mère parfaitement imparfaite de deux maîtres zen de 9 et 11 ans. Avec Projet famille en harmonie, elle accompagne adultes et enfants pour les aider à vivre leur harmonie. Suivez son blogue.

activite_1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s